La Bible des États 1637

Le livre parmi les livres

Pour les chrétiens, la bible est le livre le plus important qui existe, car elle renferme la vérité révélée par Dieu soit la parole de Dieu. Le choix du destinataire du message de la Bible a été un des sujets de controverse de la Réforme. Le clergé catholique souhaitait que la Bible ne soit pas lue par de simples citoyens ; ceux-ci pouvaient venir à l'église pour écouter les explications du clergé qui lisait la bible en latin. Il servait de relais entre Dieu et les croyants.

À l'inverse, les protestants pensaient que chaque croyant devait lui-même lire la Bible et qu'un pasteur était avant tout un serviteur de la parole de Dieu. Son rôle était de faire entendre la parole de Dieu à la communauté au moyen de lectures de la Bible et d'explications des Écritures. Ce qui signifiait donc que la Bible devait être disponible dans la langue du croyant, de préférence grâce à une traduction aussi fidèle que possible. En 1535 environ, Luther le réformiste a par conséquent traduit la Bible en allemand à partir des langues d'origine. Au xvie siècle, plusieurs traductions en néerlandais ont également été réalisées à partir de la traduction de Luther.

Au fil des siècles, le besoin d'une nouvelle traduction, basée sur les manuscrits originaux en hébreu et en grec, se faisait de plus en plus sentir au sein de l'Église réformée. En 1618, le plus important rassemblement de l'Église réformée, le synode de Dordrecht, a demandé de réaliser une telle traduction sur le modèle de la version autorisée anglaise (la Bible du roi Jacques, publiée en 1611). Les États généraux ont été priés de financer la traduction.

Ce n'est qu'en 1626 que les États généraux ont accepté, après quoi les traducteurs se sont mis au travail. Neuf ans plus tard, la traduction était terminée et en 1637, la traduction des États ou Bible des États a pu être imprimée pour la première fois. Entre 1637 et 1657, elle a été tirée à quelques centaines de milliers d'exemplaires. Pendant un peu plus de 300 ans, la Bible des États est restée la Bible la plus importante de l'Église réformée et de nos jours, certaines congrégations l'utilisent encore. Entre-temps, une version révisée de la traduction des États a également été publiée.

Au fil du temps, de grands groupes de fidèles se sont donc familiarisés, grâce au sermon et à la lecture de la Bible, avec le vocabulaire particulier de la Bible des États, qui a par conséquent beaucoup marqué la culture néerlandaise de son empreinte. La langue néerlandaise est inconcevable sans ces emprunts faits à la traduction des États, tels que « jeter la première pierre », « à la sueur de son front », « plaisir pour les yeux ».


  • 3000 av. J.-C. environ Dolmens Premiers agriculteurs  
  • 47 à 400 environ Limes romain À la frontière de l’Empire romain  
  • 658–739 Willibrord Diffusion du christianisme  
  • 742–814 Charlemagne Empereur d'Occident  
  • Le néerlandais écrit Hebban olla vogala 1100 environ  
  • 1254–1296 Florent V Un comte de Hollande et des nobles mécontents  
  • 1356 à 1450 environ La Hanse Villes marchandes aux Pays-Bas  
  • 1469?–1536 Érasme Un humaniste international  
  • Les Pays-Bas en tant qu’unité administrative Charles Quint 1500–1558  
  • 1566 L'iconoclasme calviniste Conflit religieux  
  • 1533–1584 Guillaume d’Orange Du noble rebelle au « père de la nation »  
  • 1588–1795 La République Un système politique unique  
  • 1602–1799 La Compagnie des Indes orientales Expansion outremer  
  • 1612 Le polder de Beemster Les Pays-Bas et l’eau  
  • 1613–1662 Le quartier des canaux d’Amsterdam Extensions urbaines au XVIIe siècle  
  • 1583–1645 Hugo Grotius Pionnier du droit international moderne  
  • 1637 La Bible des États Le livre parmi les livres  
  • 1606?–1669 Rembrandt Les grands peintres  
  • 1662 L’Atlas Maior de Blaeu Le monde sur une carte  
  • 1607-1676 Michiel de Ruyter Héros des mers et la grande marge de manœuvre de la République  
  • 1629-1695 Christian Huygens La science au Siècle d’Or  
  • 1632-1677 Spinoza En quête de la vérité  
  • 1637 environ–1863 Esclavage Traite des êtres humains et travail forcé dans le Nouveau Monde  
  • XVIIe et XVIIIe siècles Maisons de campagne Riches habitations à l’extérieur de la ville  
  • 1744–1828 Eise Eisinga Le Siècle des Lumières aux Pays-Bas  
  • 1780–1795 Les patriotes Crise au sein de la République  
  • 1769–1821 Napoléon Bonaparte La période française  
  • 1772–1843 Le roi Guillaume Ier Le royaume des Pays-Bas et de Belgique  
  • 1839 La première ligne de chemin de fer L’accélération  
  • 1848 La constitution La loi la plus importante d’un État  
  • 1860 Max Havelaar Dénonciation de la situation intolérable dans les Indes néerlandaises  
  • XIXe siècle Révolte contre le travail des enfants Au revoir le travail, bonjour l’école  
  • 1853-1890 Vincent Van Gogh L’artiste moderne  
  • 1854–1929 Aletta Jacobs L’émancipation de la femme  
  • 1914–1918 La Première Guerre mondiale Guerre et neutralité  
  • 1917–1931 De Stijl La révolution dans l’esthétique  
  • 1929-1940 Les années de crise La Grande Dépression  
  • 1940–1945 La Seconde Guerre mondiale Occupation et libération  
  • 1929–1945 Anne Frank Persécution des Juifs  
  • 1945-1949 Indonésie Une colonie s’émancipe  
  • 1886-1988 Willem Drees L’État providence  
  • 1er février 1953 Le raz de marée de 1953 La menace de l’eau  
  • Le développement d’un média de masse La télévision à partir de 1948  
  • depuis 1880 environ Le port de Rotterdam Une porte sur le monde  
  • 1911–1995 Annie M.G. Schmidt À contre-courant dans un pays bourgeois  
  • à partir de 1945 Le Suriname et les Antilles néerlandaises La décolonisation des Indes occidentales  
  • 1995 Srebrenica Les dilemmes du maintien de la paix  
  • à partir de 1945 Les Pays-Bas cosmopolites La société multiculturelle  
  • 1959–2030? Le gisement de gaz Un trésor limité  
  • depuis 1945 Europe Néerlandais et Européens