NIEUW! Maak in een handomdraai je eigen Canon.

Over Mijn Canon

1632-1677 Tijd van regenten en vorsten

Spinoza

En quête de la vérité

Spinoza est le philosophe le plus célèbre des Pays-Bas : il appartient au petit groupe de philosophes qui ont façonné l'histoire de la pensée occidentale. Fils de parents juifs qui ont fui le Portugal, Baruch Spinoza, également connu sous le nom de Benedictus de Spinoza, est né en 1632 à Amsterdam. Il est décédé en 1677 à La Haye en raison d'une maladie des poumons. Pour gagner sa vie, Spinoza menait d'ailleurs une vie relativement sobre, il taillait des verres de lunettes et des lentilles de microscope et sa maladie s'est probablement aggravée à cause de la poussière qu'il avait respirée durant son activité.

Le surnom de Spinoza était Bento, ce qui signifie la même chose en portugais que Baruch (en hébreu) et Benedictus (en latin), autrement dit « le béni ». Il a appris le néerlandais, le portugais, l'espagnol et l'hébreu et plus tard, il a écrit en latin. Après son éducation religieuse, il s'est querellé en 1656 avec la communauté juive d'Amsterdam. On suppose que ce n'était pas par rapport à la critique qu'il faisait de la croyance orthodoxe, mais surtout parce qu'il ne voulait pas s'adapter superficiellement aux exigences et aux prescriptions strictes.

Bien que la République était tolérante et faisait preuve de patience à l'égard des pensées critiques en comparaison avec les pays avoisinants, Spinoza devait tout de même être prudent. Il y a beaucoup de travaux qu'il n'a pas fait paraître ou alors sous un nom d'emprunt. Son œuvre majeure, l'Éthique, est sortie de presse juste après sa mort.

Au cours de l'année désastreuse (1672), l'ambiance était devenue plus effrayante et les Frères De Witt ont été lynchés par un attroupement pro-orangiste sans que les autorités ne s'y étaient opposées. Cela a tellement choqué Spinoza qu'il souhaitait afficher à cet endroit-là un placard portant l'inscription « ultimi barbarorum », les derniers des barbares. Son logeur et ami l'en a empêché et lui a donc probablement sauvé la vie.

Dans son livre Traité théologico-politique, Spinoza a introduit une explication plus critique de la bible et dans le Traité politique, il s'est déclaré en faveur de la démocratie et a souligné la grande importance de la liberté d'expression.

L'Éthique (en entier Ethica Ordine Geometrico Demonstrata, formulée d'une manière mathématique), l'œuvre majeure de Spinoza, devait apprendre aux gens comment ils pouvaient atténuer leurs souffrances. Il ne s'agissait pas de philosopher pour philosopher, le livre avait un but pratique. L'homme devait prendre conscience que Dieu fait partie de la création, que tout ce qui existe, et donc également l'homme lui-même, est une manifestation de Dieu.

Pour arriver à cette compréhension éclairée, il était très important d'être indépendant et libre de contestations virulentes. Spinoza s'y est également tenu : il argumentait calmement, de manière réfléchie et avec raison. Il ne se laissait pas provoquer.

L'Éthique semble être conçue comme un système géométrique. Spinoza utilisait des définitions, des axiomes et des postulats de façon à pouvoir présenter les choses objectivement en des temps agités. Tout au long de l'histoire, beaucoup de lecteurs se sont plaints que son livre était de ce fait tellement difficile à lire. Mais Spinoza a tout de même le dernier mot, car la dernière phrase de son Éthique affirme ceci : « Tout ce qui est excellent est aussi difficile que rare. »

Voeg toe

Wij zijn altijd op zoek naar toevoegingen om de kennisbank van de vensters te vergroten. Wanneer u een correctie wilt doorgeven of een nieuwe toevoeging wilt aanleveren dan kunt u onderstaand formulier gebruiken.