NIEUW! Maak in een handomdraai je eigen Canon.

Over Mijn Canon

1629-1695 Tijd van regenten en vorsten

Christian Huygens

La science au Siècle d’Or

Christian Huygens est né en 1629, il était le second fils de Constantin Huygens, poète et secrétaire de deux princes d'Orange. Son père a envisagé une carrière de diplomate pour ses fils, c'est pourquoi il les a envoyés à Breda puis à Leyden pour y étudier le droit et l'art de la guerre. Mais Christian était plus intéressé par les mathématiques, la physique et l'astronomie. Déjà enfant, il refusait d'écrire des poèmes latins. Il préférait bricoler des petits moulins et d'autres machines et il observait les cercles provoqués par un bâton qu'il avait lancé dans l'eau.

À son jeune âge déjà, Christian correspondait sur divers problèmes avec des érudits étrangers importants. En 1647, Mersenne, philosophe, physicien et mathématicien français, a écrit au père de Huygens : « S'il continue ainsi, il va dépasser Archimède. » Son père a donc continué à l'appeler « mon Archimède » à longueur de temps.

Huygens a fréquemment séjourné en Angleterre et également en France où il a soutenu sa thèse en 1655. En 1666, il a été le premier directeur de l'Académie Royale des Sciences. Cette nomination illustre l'intérêt qui était accordé aux travaux et aux idées de Huygens à travers le monde. De 1681 jusqu'à sa mort, il a vécu alternativement à Voorburg, dans la propriété de Hofwijck construite par son père et sur le Plein de La Haye.

Christian était un admirateur de Descartes, le « père de la philosophie moderne », qui n'a pas construit sa pensée sur des théories et des dogmes transmis. Il voulait expérimenter, observer et formuler des principes lui-même. Cette nouvelle pensée scientifique est devenue célèbre sous le nom de révolution scientifique. C'est également ce que Huygens a fait : observer, expérimenter et contrôler continuellement.

Il a contribué à de nombreux domaines : en mathématiques, il a entre autres écrit à propos de la quadrature du cercle, en physique, il a observé l'oscillation et le mouvement d'un corps tombant, qui ont donné lieu à la découverte pour laquelle il est le plus célèbre, la théorie du pendule oscillant (1656). Il s'est également consacré à la fabrication et à l'amélioration permanente d'horloges capables de donner l'heure sur un bateau en haute mer sans s'immobiliser et aussi précisément que possible. Il était très important de connaître l'heure exacte pour déterminer la position en mer.

Christian a entrepris de tailler des lentilles pour microscopes et lunettes astronomiques avec son aîné de 13 mois, Constantin, avec qui il entretenait une solide amitié et correspondait fréquemment. Grâce à une telle lunette, il a découvert l'anneau entourant Saturne et peu avant, en 1655, Titan, la première lune découverte autour de cette planète. Les phénomènes étranges entourant Saturne avaient été décrits auparavant par des érudits comme des sortes d'oreillettes du corps céleste. Christian a découvert la vérité et a fait part de ses révélations à beaucoup d'astronomes réputés en Europe. À propos de l'anneau de Saturne et de la lune Titan, il a écrit : « Ils restent le signe de mon génie et ils légitiment les noms que j'ai prêtés au ciel qui seront encore reconnus après ma mort. »

Voeg toe

Wij zijn altijd op zoek naar toevoegingen om de kennisbank van de vensters te vergroten. Wanneer u een correctie wilt doorgeven of een nieuwe toevoeging wilt aanleveren dan kunt u onderstaand formulier gebruiken.